English Version
Le Centre d’excellence provincial au CHEO en santé mentale des enfants et des ados
POINT DE REPÈRE


POINT DE REPÈRE

septembre 2008


Dans ce numéro :
POINT CENTRAL .  PROFIL  .  DE NOUVEAUX VISAGES AU CENTRE  .  BOURSES ET SUBVENTIONS  .  NOUVELLES DU CENTRE


Contactez-nous : http://www.excellencepourenfantsados.ca/cordonnees
Site Web : http://www.excellencepourenfantsados.ca


POINT CENTRAL

La nouvelle perspective de l’Ontario sur l’évaluation de programmes

L’évaluation de programmes pourrait être plus difficile qu’elle ne paraît, mais quand elle est bien faite, elle peut fournir des avantages énormes aux agences et aux enfants et aux adolescents que celles-ci desservent. En intégrant des activités cohérentes d’évaluation dans chaque aspect de leur travail, les agences sont à même de fournir les services les plus appropriés, de surveiller les impacts de ces services et de réagir rapidement quand des changements doivent être apportés.

Les fournisseurs de service de l’Ontario, les décideurs et les agences reconnaissent la valeur de l’évaluation de programmes et jouent ce rôle avec enthousiasme dans le cadre de leur effort continu afin d’améliorer les services de santé mentale pour les enfants et les adolescents.

Le Centre reconnaît l’existence d’une courbe d’apprentissage en matière d’évaluation de programmes et sait que certaines agences ont besoin de plus de soutien que d’autres. Cette année, nous avons introduit deux nouvelles bourses d’évaluation améliorées, spécialement conçues pour répondre aux besoins de toutes les agences de l’Ontario, quel que soit leur niveau d’expérience ou de compétence.

Pour les agences relativement nouvelles venues à l’évaluation de programme, les subventions de développement de la capacité à évaluer fournissent le temps, les ressources et le soutien nécessaires pour développer un cadre efficace d’évaluation, fondement d’une importance critique sur lequel tout programme réussi d’évaluation doit être basé. En partenariat avec le Centre, plus de 20 récipiendaires de bourses élaborent des séries d’outils d’évaluation de programmes sur mesure incluant des modèles logiques, des indicateurs et des mesures des résultats. Les Mutual Support Systems (MSS) de Niagara comptent parmi ces agences. Les chefs de file de MSS, bien que l’idée et la pratique de l’évaluation de programme leur soient familières, ont reconnu le besoin de développer des fondations plus solides sur lesquelles construire des infrastructures durables en matière d’évaluations de programme. Renseignez-vous sur leurs projets et leur progrès ici.

Une fois un programme d’évaluation approprié en place, les agences peuvent alors mettre en vigueur le plan qui fournira les résultats et la rétroaction dont elles ont besoin. Les subventions de mise en vigueur des evaluations du Centre soutiennent plus d’une dizaine d’organismes qui ont clairement démontré les connaissances, les compétences et la capacité nécessaires pour évaluer un programme existant ou un ensemble de services. Dans la région de l’Est, quatre agences joignent leurs forces pour évaluer un programme pilote fournissant des services en milieu scolaire et une formation aux parents d’enfants et de familles qui courent un risque élevé de présenter des problèmes émotionnels et comportementaux et(ou) ayant des besoins complexes. Vous pouvez vous renseigner sur cet effort d’évaluation transsectoriel, multisite, ici.

Des plans de systèmes pout un soutien mutuel en vue du succès des évaluations

En matière d’évaluation de programmes, le plus difficile, c’est souvent de se mettre à la tâche. Afin de développer une culture durable d’évaluation, il est important de veiller à poser les bonnes questions, à collecter les bonnes informations et à utiliser les résultats de l’évaluation pour informer la planification et la prestation des services. Disposer d’un cadre d’évaluation qui soit clair et assez souple pour résister à l’épreuve du temps réduit la quantité de ressources financières et humaines nécessaires pour soutenir des efforts continus en matière d’évaluation de programme et c’est cela même qui a fait défaut aux Mutual Support Systems (MSS) Niagara, après les premières tentatives faites par cette agence d’évaluer ses programmes en 2006.

« Le premier projet n’a pas fourni les fondements nécessaires pour faciliter l’évaluation continue des programmes », déclare le directeur général David Schulz. « L’obstacle principal a été l’absence d’un modèle logique de programme entièrement développé, de ressources en matière de dotation ainsi que le manque d’un processus structuré pour informer régulièrement les participants au sondage concernant le processus de l’évaluation. Sans ces composantes en place, le processus d’évaluation est trop exigeant pour nos ressources financières et humaines limitées. »

Le programme de soins et de traitements résidentiels chez Mutual Support Systems inclut un réseau de quatre foyers de groupe animés par des parents adoptifs, des travailleurs auprès des enfants et des jeunes ainsi que des responsables de cas. En partenariat avec le Conseil scolaire du district de Niagara, MSS gère également trois classes spécialisées pour des petits groupes d’enfants qui ne sont pas en mesure d’être scolarisés dans des écoles communautaires à cause de défis d’apprentissage et(ou) comportementaux.

Un grand nombre des enfants desservis par MSS présentent des symptômes émotionnels et comportementaux débilitants provenant d’un traumatisme passé, dans le cadre d’un abus physique ou sexuel. Ils ont un accès hebdomadaire à la psychothérapie grâce à un partenariat avec une agence locale de counseling.

L’évaluation d’un programme si complexe comportant un groupe divers de participants nécessite une planification soigneuse et des communications poussées. MSS travaille avec le Centre à développer pleinement son modèle logique de programmes et son cadre d’évaluation. Cette agence a identifié et mobilisé tous les participants clés et commencé à lancer des activités de communication durables pour que les résultats de l’évaluation et les besoins puissent être partagés parmi les différents membres du groupe.

« Le modèle logique de programme sera relié au régime d’évaluation de l’enfant déjà en place au sein du programme pour mesurer les résultats chez les enfants individuels », déclare Schulz. « On mettra l’accent sur la mesure des résultats spécifiques au client et sur l’utilisation de ces résultats pour évaluer l’efficacité du programme, déterminer les aspects ayant besoin d’amélioration et mesurer les changements sur le plan de l’efficacité au fil du temps. »

Les agences de la région d’Ottawa maximisent les ressources et les résultats par le biais de l’évaluation multi-site

En 2007, le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse a fourni des subventions en vue d’un programme transsectoriel, multi-site, dans l’est de l’Ontario, combinant les services en milieu scolaire à l’enseignement aux parents, pour combler les besoins en santé mentale des enfants à haut risque et de leurs familles. Ces subventions ont été distribuées à quatre agences : Phoenix Centre (comté de Renfrew), Crossroads Children’s Centre (Ottawa), Prescott Russell Services to Children and Adults (comtés unis de Prescott-Russell) et l’Équipe psycho-sociale (comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry), qui se proposent de concevoir un programme axé sur la collaboration qui ait du sens pour tous les participants.

Ce ne fut pas tâche aisée. Ils ont travaillé dans une région géographique très étendue, avec des ressources humaines et financières limitées et une population bilingue. La collaboration en matière de prestation de services présente de nombreux avantages, mais elle peut aussi ajouter un niveau de complexité qui doit être géré soigneusement.

Les agences ont créé un comité directeur du projet pilote, comportant des membres de chacune des quatre agences ainsi que des représentants du ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse et du ministère de l’Éducation. Cette équipe a passé en revue les articles publiés et s’est mise d’accord en fin de compte pour créer deux programmes fondés sur la preuve répondant aux besoins : Goldstein’s Skillstreaming et le programme COPE (Cunningham’s Community Parent Education). Ces deux interventions seront fournies à l’école ou à la maison, selon les besoins.

« Le choix des programmes COPE et Skillstreaming a été basé sur leur facilité de mise en vigueur relative, leur format bilingue et la formation non intensive nécessaire », a déclaré le conseiller au programme, Guy Théroux, embauché pour coordonner la mise en vigueur de ces programmes.

Le projet pilote a commencé en janvier 2008 et doit se terminer en juin 2009. L’avenir du programme dépendra des résultats de l’évaluation à grande échelle en cours actuellement grâce à une bourse de mise en vigueur des évaluations du Centre. Leurs efforts auront des avantages à la fois immédiats et durables.

« Par le biais de la mise en vigueur du projet pilote, les agences partenaires vont se réunir et soumettre des données en utilisant des outils de mesure », déclare Théroux. « L’un des résultats du projet pilote, c’est d’augmenter la capacité de chaque agence de maintenir les activités d’évaluation existantes au-delà de l’étape pilote. Après la fin du projet pilote, une agence chef de file sera identifiée pour accueillir et gérer des activités d’évaluation au nom des agences partenaires. »

Afin de faciliter une compréhension partagée de l’évaluation et veiller à ce que les résultats soient véritablement utilisés pour améliorer le programme, le groupe a adopté une approche axée sur l’utilisation nécessitant la mobilisation continue de tous les partenaires. Ceci donne à chaque partenaire un sens de la propriété des résultats de l’évaluation, ce qui renforce leur engagement à les utiliser à bon escient.

« Dans l’ensemble, on a noté un consensus général parmi les partenaires principaux pour dire que cette évaluation a représenté un investissement important et ils se sont engagés à inclure tout le monde à ce processus, à toutes les étapes de l’évaluation », a déclaré Théroux.

Avez vous un sujet à suggérer pour Point saillant? Si oui, envoyez le à centre@cheo.on.ca.

haut de la page


PROFIL

L’Ontario accueille un champion de la santé mentale des enfants et des adolescents venant du sud

Tout le monde est d’accord pour dire que les soins de santé mentale axés sur les enfants et les adolescents ont du sens pour l’Ontario. Le ministère des Services à l’enfance et à l’adolescence, le Centre d’excellence provincial au CHEO en santé mentale des enfants et des ados (le Centre) et des professionnels de tous les secteurs de la province collaborent pour veiller à ce que notre système en évolution fournisse des résultats optimaux pour ceux qui sont les plus importants : les enfants et les adolescents.

La théorie, c’est une chose, mais le Dr John Lyons a passé toute sa carrière à élaborer les outils dont nous avons besoin pour passer à l’action. En juillet 2008, Lyons s’est joint à l’équipe du CHEO et a occupé la première chaire fondée en santé mentale des enfants et des adolescents, un poste cosoutenu par l’Université d’Ottawa, le CHEO et le Centre. John est venu à Ottawa via Chicago, où il était professeur de psychiatrie et de médecine à l’Université Northwestern et directeur fondateur du programme de services et de politiques en santé mentale de cette école.

Gardant à l’esprit le principe de continuer de mettre l’accent sur l’enfant, et non sur les systèmes, sur les professionnels ou même sur les coûts, Lyons a aidé de nombreuses communautés à élaborer des visions communes et à construire des systèmes qui fonctionnent vraiment. Ses idées pourraient au départ ne pas sembler révolutionnaires, mais pourtant elles présentent un défi fondamental à la manière dont les services de santé mentale aux enfants et aux adolescents devraient être fournis et évalués.

« De nombreuses pressions contradictoires nous rendent difficile la tâche de toujours faire ce qui est dans le meilleur intérêt des enfants et des familles », déclare Lyons. « Bien qu’il soit impossible d’éliminer ces tensions, selon mon expérience, c’est en trouvant des manières d’informer les décisions sur les besoins et les points forts des enfants et des familles, à tous les niveaux du système qui dessert les enfants, que des résultats améliorés seront obtenus. »

Lyons a publié presque 200 articles révisés par les pairs et cinq livres, dont en particulier Redressing the Emperor: Improving our children’s public mental health service system. Dans cette publication phare, Lyons décrit son système TCOM (Total Clinical Outcomes Model) et son outil d’évaluation associé intitulé CANS (Child and Adolescent Needs and Strengths).

Depuis plusieurs années, le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) utilise les deux systèmes TCOM et CANS pour organiser, fournir et évaluer ses services de santé mentale et ceux de ses partenaires communautaires. Lyons a été un participant clé à ce processus de transformation.

« Cela fait longtemps que j’ai des liens avec le CHEO et avec le Centre », déclare-t-il. « J’ai toujours été impressionné par l’engagement du CHEO envers les soins cliniques de la plus haute qualité et par les efforts du Centre pour promouvoir les approches fondées sur la preuve à l’amélioration de la vie des enfants et des familles. »

haut de la page


DE NOUVEAUX VISAGES AU CENTRE

Purnima SundarDre Purnima Sundar

Le Centre est ravi d’accueillir la Dre Purnima Sundar, qui s’est jointe au Centre à titre de conseillère en recherche et en échange des connaissances en mai 2008. Purnima apporte plusieurs années d’expérience de la recherche en milieu communautaire, de l’action axée sur la participation et de l’évaluation de programmes dans les domaines de la santé mentale des jeunes, ainsi que de la diversité/multiculturalisme. Au Centre, Purnima offre des consultations aux organismes en matière d’évaluation et de recherche, offre un soutien aux groupes effectuant des efforts de mobilisation communautaire et participe à une gamme variée d’activités visant à soutenir les échanges de connaissances. Purnima détient une maîtrise en psychologie communautaire et un doctorat en services sociaux, tous deux délivrés par l’Université Wilfrid Laurier. Elle enseigne à l’école de services sociaux de l’Université Carleton et siège au conseil d’administration du Centre de santé communautaire d’Ottawa Sud-Est.

Tanya WitteveenTanya Witteveen

L’équipe croissante du Centre en recherche et évaluation a été renforcée par l’arrivée de l’associée de recherche, Tanya Witteveen. Elle possède de l’expérience de la coordination de la recherche clinique en santé mentale des enfants et des adolescents et possède de l’expérience de l’enseignement interdisciplinaire. Elle a travaillé dans le domaine de la psychologie clinique et de la psychologie du sport et possède de l’expérience en méthodologie de recherche quantitative et qualitative. Récemment, Tanya a participé à sa première demi-course Ironman à Ottawa. Au Centre, elle offre des consultations aux récipiendaires de bourses de développement de la capacité en évaluation, tout en aidant d’autres agences sur le plan de la planification, de la conception et de l’élaboration de leurs évaluations de programmes. Tanya détient un baccalauréat de l’Université McGill et une maîtrise de l’Université d’Ottawa.

Heather WoltmanHeather Woltman

Heather Woltman s’est récemment jointe au Centre et se réjouit de travailler à titre d’assistante de recherche avec les membres de l’équipe d’évaluation et de recherche. Heather a obtenu un baccalauréat (Hons.) de l’Université Queen’s en psychologie et possède de l’expérience en développement organisationnel, expérience acquise lors de son précédent poste de conseillère chez TouchStone Solutions Ltd. Au Centre, Heather travaillera avec les membres de l’équipe d’évaluation et de recherche à soutenir les agences de toute la province dans le cadre de leurs efforts d’évaluation de programmes. Elle aidera également à maintenir et étendre Yoo Magazine, une ressource d’alphabétisation en ligne pour les jeunes, développée par un scientifique chevronné, le Dr Darcy Santor.

Colleen HannewykColleen Hannewyk

Le Centre est fier d’annoncer la nomination de Colleen Hannewyk au poste de directrice intérimaire de la planification stratégique et operations. Colleen a commencé une période de travail de 14 mois en juin 2008 et remplace actuellement Amy Boudreau, partie en congé de maternité.

Colleen possède une maîtrise en administration des affaires et possède plus de 18 ans d’expérience en gestion dans le cadre de programmes communautaires de soins de santé et programmes sociaux. Parmi les différents postes occupés par Colleen, on compte celui de gestionnaire du projet Meilleur départ au sein des services sociaux du comté de Lanark, directrice générale/planificatrice communautaire pour les services régionaux de VIH/SIDA à Kingston et gestionnaire des services aux enfants des comtés unis de Leeds et Grenville. Elle possède également une expérience poussée en éducation de la petite enfance. La perspective communautaire de Colleen et son appréciation des services intégrés ainsi que des pratiques fondées sur la preuve sont des atouts importants pour le Centre.

 

haut de la page


BOURSES ET SUBVENTIONS

BOURSES DE MOBILISATION COMMUNAUTAIRE

À la suite d’un programme pilote réussi en 2007-2008, le Centre est prêt à accepter des demandes de bourses de mobilisation communautaire novatrices de la part de communautés motivées de toute la province. Un nombre limité de subventions aideront des groupes de fournisseurs de services, des organismes et d’autres partenaires à collaborer pour régler une question locale urgente. Les candidats retenus recevront jusqu’à 30 000 $ sur une période d’un an. Pendant ce temps, les partenaires collaboreront, entre eux et avec le Centre, à élaborer et mettre en vigueur un plan d’action communautaire faisable, durable et ancré dans les meilleures preuves possibles. On s’attend à ce que ces subventions servent de levier financier pour obtenir des ressources en nature et financières de la part des partenaires et d’autres sources.

Les communautés qui envisagent de faire une demande de bourse de mobilisation communautaire doivent contacter le Centre avant d’envoyer une demande. Un conseiller déterminera si vous êtes prêt à entamer un projet axé sur la collaboration et vous aidera à remplir votre formulaire de demande. La date limite des demandes pour les bourses de mobilisation communautaire 2008-2009 est le 12 janvier 2009. Des informations détaillées sur la subvention et le processus de demande sont disponibles en ligne.


PROGRAMME OSER RÊVER

Le Programme oser rêver a aidé des dizaines de jeunes à sensibiliser leurs écoles et leurs communautés aux questions de santé mentale. Des bourses pouvant aller jusqu’à 5 000 $ sont accordées aux candidats retenus et à leurs mentors adultes. Elles sont disponibles aux écoles, aux agences communautaires et aux organismes de jeunes de l’Ontario qui s’intéressent à la santé mentale des enfants et des adolescents. Par le passé, les projets retenus ont inclus des pièces de théâtre, des magazines, des films, des sites Web, des ateliers de travail, des semaines de sensibilisation et des spectacles de danse.

La date limite pour les prochaines bourses Oser rêver est le 31 octobre 2008. Nous vous encourageons donc à promouvoir cette occasion très intéressante au sein de vos réseaux communautaires et parmi vos partenaires. Pour obtenir des informations sur Oser rêver, rendez-vous à www.programmeoserrever.ca/.

Dates limites pour le programme de bourses et subventions…

  • Programme oser rêver – 31 octobre 2008
  • Bourses d’études supérieures – 1er décembre 2008
  • Bourses d'études postdoctorales/boursiers – 1er décembre 2008
  • Bourses de mobilisation des compétences – 5 janvier 2009
  • Bourses de mobilisation communautaire – 12 janvier 2009
  • Bourses d’études de premier cycle – 1er février 2008
  • Bourses de développement professionnel individuelle et collective – À n’importe quel moment (date ouverte)

Pour obtenir de plus amples informations sur nos bourses et subventions, rendez-vous à notre site web à www.excellencepourenfantsados.ca.

haut de la page


NOUVELLES DU CENTRE

Les informations sur l’évaluation sont maintenant en ligne

Le Centre étend son ensemble de ressources pour l’évaluation de programmes, ce qui facilite la tâche à toutes les agences et à tous les fournisseurs de services de l’Ontario qui désirent avoir accès à des informations dans ce domaine. Cet automne, nous allons lancer un outil d’apprentissage sur le Web pour présenter aux utilisateurs différents aspects de l’évaluation de programmes. Le programme contient trois modules interreliés, qui mettent l’accent sur la planification, l’évaluation et son utilisation dans les organismes qui desservent les enfants et les adolescents de l’Ontario en matière de santé mentale.

Vous pouvez obtenir de plus amples informations sur l’outil en ligne sur notre site Web ou dans les numéros à venir de POINT DE REPÈRE.

haut de la page


L’expansion de l’enseignement médical

Med Ed LogoEn mai 2008, vingt fournisseurs de services en Ontario ont été formés pour devenir des champions du nouvel outil novateur Med Ed. Depuis, la plupart des participants ont organisé d’autres sessions de formation dans leur agence et les nouvelles concernant Med Ed se répandent à la vitesse de l’éclair. À la demande générale, le Centre prévoit organiser une deuxième séance de formation pour un nouveau groupe de champions Med Ed. Nous recherchons des fournisseurs de services de toutes les régions qui s’intéressent à renforcer la manière dont ils collaborent avec les jeunes pour gérer les médicaments et prendre des décisions concernant leur utilisation.

Si votre organisme souhaite identifier un champion qui pourra participer à des occasions de formation, contactez le Centre au 613-737-2297 ou centre@cheo.on.ca.

haut de la page


Les échanges de connaissances sur demande

HealthCheckPlus a été conçue par le Dr Darcy Santor, scientifique chevronné du Centre, pour faciliter le dépistage et l’évaluation rapides d’une variété de difficultés en santé et en santé mentale, sans causer de fardeau supplémentaire pour les médecins en termes de temps. Le système est mis en vigueur dans un kiosque à écran tactile, qui peut être installé dans la salle d’attente d’une clinique ou dans une salle d’examen. Les patients remplissent un questionnaire validé à l’écran qui prend cinq à dix minutes et le système génère immédiatement et imprime un rapport d’une page pour le médecin soulignant les symptômes, les facteurs de risque et les besoins identifiés. HealthCheckPlus peut également imprimer des lignes directrices pour le traitement relié aux résultats du dépistage.

HealthCheckPlus est actuellement piloté à plusieurs sites canadiens, et un essai à grande échelle est également à l’horizon en Nouvelle-Zélande.

haut de la page


De nouveau sur la route

Le Centre s’apprête à entamer une autre année excitante de congrès régionaux. Des planifications sont en cours dans toute la province et plusieurs dates ont été confirmées pour l’automne et l’hiver. Les réunions de cette année comporteront des sessions d’introduction mais aussi des sessions avancées sur l’évaluation de programmes et incluront des occasions de réseautage formelles et informelles. Chaque congrès soulignera le travail des récipiendaires locaux de bourses, qui seront présents pour partager leurs succès et leurs défis avec les participants à la réunion.

haut de la page